Michel Onfray : Contre-histoire de la philosophie Volume 7



 

Michel Onfray vous présente son ouvrage "Contre-histoire de la philosophie Volume 7 : La construction du surhomme" aux éditions Grasset.

Réaction des Jeunes communistes réunionnais à l'interruption de la pièce "AïA"


Les racines de la censure
L’interruption brutale de la pièce "AïA", donnée par le théâtre Talipot et des acteurs sud-africains, ordonnée par Ibrahim Patel, Président de la CCIR et "autorité organisatrice de la représentation", a déclenché une vive émotion, qui excède les cercles culturels et artistiques. Les motivations de cette intervention demeurent peu claires. Selon certaines sources, M. Patel aurait été choqué de voir sur scène un acteur faire mine de se dénuder. Selon le directeur de Talipot, M. Philippe Pelen-Baldini, le président de la Chambre de commerce n’aurait guère goûté la référence à l’origine africaine de la race humaine. Un thème qui, toujours selon M. Pelen, "dérange certains schémas de construction".
Au-delà de la recherche des causes et des réactions "à chaud", cet incident appelle plusieurs commentaires. Il pose, avant toute chose, la question de la liberté des arts et des artistes. A ce sujet, il n’est pas inutile de rappeler, dans une époque qui tend à sacraliser l’esprit de propriété et l’exercice des prérogatives qui vont avec, que l’art, et singulièrement l’art du théâtre, ne peut s’accommoder du bon vouloir des mécènes. C’est-à-dire, en d’autres termes, que celui qui finance, facilite ou commande une œuvre ou sa représentation, doit pouvoir admettre que celle-ci ne soit pas à sa gloire, qu’elle égratigne sa sensibilité, voire qu’elle la contredise… La liberté artistique n’existe qu’à cette condition. Malheureusement, la réaction de M. Patel est loin de constituer un comportement isolé : elle s’inscrit dans un contexte de pression économique de plus en plus pressante sur l’exercice de la liberté d’expression en général.
Ainsi, dans un édito passé presque inaperçu, le rédacteur en chef de "Visu" dénonçait la politique de la Région Réunion, qui vise à asphyxier son média, coupable selon lui, de ne pas servir la soupe à l’UMP. "Témoignages" avait connu un sort identique en 2010, la nouvelle direction de la pyramide inversée privant le journal d’opposition de toute ressource publicitaire. Une mesure en contradiction avec la pratique pluraliste des mandatures précédentes, qui faisait bénéficier l’ensemble de la presse écrite de sa communication institutionnelle.
Ajoutons à cela qu'alors que de plus en plus d'acteurs économiques et politiques ne cessent d'appeler les décideurs à ouvrir l'île sur le nouveau monde et les pays émergents, dont l'Afrique du Sud, membre du G20 situé à 3h30 d'avion de nos côtes, ce comportement révèle la difficulté pour certaines de nos structures mentales, d'envisager l'ouverture aux cultures non-occidentales, non européennes, non françaises.
Une chape de silence s’abat donc, le plus discrètement du monde, sur l’expression des divergences et des différences dans notre pays, ainsi que sur son désir de connaissance des autres mondes. Pour étouffer, les institutions n’ont plus à agir, et encore moins à réprimer : il leur suffit de s’abstenir, de décommander ou d’interrompre ce qui leur déplaît. Et un examen, même superficiel, fait apparaître les fondements idéologiques de ce mécénat à géométrie variable.
Car enfin, on n’a jamais vu un individu influent ou une collectivité interdire l’un des innombrables spectacles colonialistes ou paternalistes tendance "doudou" qui s'éternisent sur les affiches et les scènes de notre île. Au contraire : l’une des principales promotrices du genre a été récemment bombardée députée, puis sénatrice. Peu de bonnes âmes s’émeuvent de la multiplication des divertissements sexistes, fondés sur le dénudement de la femme réunionnaise et la dégradation de son image. Mais le dévoilement de cette part mal dite de l’identité réunionnaise, l’évocation, verbale et physique de l’Afrique, aura semble-t-il suffi, en quelques minutes, à enclencher les réflexes de la censure contemporaine. Cet épisode révélateur, qui s’ajoute aux scandales de la stigmatisation des kafs par un rapport de l’IRT, à l’attaque scatologique contre le créole "KK" par l’UMP, témoigne d’une véritable offensive des forces du passé dans le domaine culturel, appuyée par une restriction de la liberté d’expression. Plus que jamais apparaît la nécessité de donner un coup d’arrêt à cette politique de mépris colonial, inspirée depuis 2007 par un pouvoir réactionnaire et passéiste.
Jeunes communistes réunionnais (JCR)
Lundi 21 Novembre 2011

Pas de liberté d'expression à la Réunion !

Le Théâtre Talipot fête ses 25 ans d'existence, après avoir brulé les planches de l'Opéra de Paris, des scènes à Zurich, en Tasmanie, à Hong Kong ou en Pologne choisit sa terre de souche La Réunion pour présenter sa dernière création "Aïa de la grotte jusqu'au ciel". Ce spectacle évoque la relation entre les êtres humains et la nature.L'anniversaire sera gâché, le président de la CCI de La Réunion "n'adhère" pas au spectacle de Talipot !!! 

Philippe Pelen Baldini, directeur artistique de la troupe Talipot, et les acteurs sud-africains se souviendront longtemps de la représentation de leur dernier spectacle "AïA". Un spectacle commandé en avant-première par la CCIR et qui a été donné jeudi dernier lors d'un diner devant toutes les délégations d'Outre-mer présentes aux Assises du Commerce, mais également devant des élus de la Réunion. Problème la représentation n'a duré que trois minutes. La raison ? Ce serait le président de la CCIR, Ibrahim Patel, qui n'aurait pas "adhéré" au spectacle, explique Philippe Pelen Baldini.

video

Philippe Pelen Baldini
(directeur artistique de la troupe Talipot)

"Le théâtre Talipot existe depuis 25 ans (…). Ce dernier spectacle nous l'avons créé en Afrique du Sud sur l'origine commune, du berceau de l'histoire. En avant-première la CCIR a voulu que l'on présente des extraits (…). Je suis intervenu en parlant de cette origine commune, de cette origine africaine et que nous sommes tous africains", explique le directeur artistique de Talipot qui rappelle que se sont "les archéologues et historiens qui le disent".

"C'était la honte pour la Réunion" 

Ibrahim Patel n'aurait pas apprécié le thème du spectacle ? Se serait le cas à en croire Philippe Pelen Baldini. "Il y a un berceau commun pour tous, c'est l'Afrique. Peut-être que cela dérange certains dans leur schéma de construction", souligne-t-il.

Les acteurs sont restés trois minutes sur scène avant que la communication de la CCIR ne vienne les interrompre. "La chargée de communication est venue me voir et m'a dit : "Le président n'adhère pas, il exige que vous arrêtiez tout de suite", lâche Philippe Pelen Baldini. Une décision "choquante" pour les acteurs de la troupe mais également pour une grande partie du public. "On m'a dit que la délégation comorienne était partie choquée par cette décision", ajoute-t-il.

Le président Patel délivrera ce lundi du bout des lèvres des excuses alambiquées. Sa décision ne semble pas lui poser de problème, seule la méthode attribuée à son service de communication est quelque peu inadaptée".

Inacceptable dans une République laïque, ici on censure un spectacle, puis après... comme dit le poète Heinrich Heine "Là où l'on brûle les livres, on finit par brûler les hommes".

(Sources : Zinfo974.com & chansonsetpiments.com)

Le fisc réclame 77.752.139 euros à Liliane Bettencourt !

La découverte des comptes cachés à l'étranger de la vieille Bettencourt a déclenché des enquêtes judiciaires et fiscales. Liliane Bettencourt dissimulait près de 100 millions d'euros sur une douzaine de comptes en Suisse et à Singapour en 2010, année où a éclaté une tentaculaire affaire autour de l'héritière de L'Oréal. La découverte des comptes cachés à l'étranger et de la mystérieuse île d'Arros, aux Seychelles, a déclenché des enquêtes judiciaires et fiscales qui donnent actuellement lieu à un redressement fiscal record de la femme la plus riche d'Europe".

Selon plusieurs documents de la Direction nationale des vérifications de situations fiscales (DNVSF), la milliardaire se voit actuellement réclamer la somme de 77.752.139 euros par l'administration. "Il s'agit là des sommes exigées (pénalités et amendes comprises) au titre de l'impôt sur la fortune (ISF) pour les années 2004 à 2010 et, au titre de l'impôt sur le revenu, pour les années 2006 à 2009".


"Pour l'instant, le fisc applique le pourcentage maximum de pénalités (40%) prévu dans les cas d'une dissimulation de mauvaise foi". Les conseillers de l'héritière négocient pour obtenir une diminution du montant total de cette addition. A la caisse mémé !!! 

(Source Mediapart)

Tarif bancaire abusif de la BNP Paribas Réunion

(Dessin de Charb, Une de Charlie Hebdo) 
Un de nos adhérents était client de BNP Paribas en métropole depuis plus de 30 ans. Sa fille âgée aujourd'hui de 24 ans disposait aussi d'un compte auprès de cet établissement bancaire depuis sa majorité. Installés à la Réunion depuis deux ans ils avaient tout naturellement ouverts leurs comptes courants auprès de la BNP Paribas Réunion (Agence de Saint-Denis) sans prendre garde aux tarifs bancaires pratiqués à la Réunion, bien mal leur en a pris. Pendant toutes ces années ils n'avaient jamais eu d'incident bancaire.

Le Trésor Public vient d'effectuer un avis à tiers détenteur (une saisie sur compte bancaire) sur le compte de la fille de notre adhérent, pour une taxe d'habitation impayée suite à son changement d'adresse (elle louait un petit studio en résidence étudiante à Paris en 2009). Cette taxe s'élève à 431 euros et ils ne s'opposent pas à son règlement. Début octobre, ils recevaient un courrier de la BNP qui leur signifiait le prélèvement direct de cette somme au bénéfice du fisc.

La BNP Paribas Réunion s'octroyait au passage une somme de 114 euros de "frais de gestion" pour cette intervention. Soit plus de 26% de la somme due ! En métropole, BNP Paribas s'octroie 10% de frais de gestion sur ce type d'opération, avec un plafond maximum de 104,80 euros, ce qui aurait représenté dans ce cas de figure des frais à hauteur de 43,10 euros soit 2,5 fois moins que les "frais de gestion" de BNP Paribas Réunion !

Pourquoi une telle différence ? Un courrier de réclamation fut expédié auprès de la direction de la BNP Paribas Réunion.

Une réponse lapidaire et standard du service relations consommateurs leur est parvenue, un mois plus tard, "le tarif c'est le tarif", ils avaient signés donc approuvés les conditions tarifaires ... circulez, y'a rien à voir !

En 2010, BNP Paribas a dégagé un bénéfice net en hausse de 34% à 7,8 milliards d'euros. Cela n'a rien d'étonnant vu la manière dont ils tondent le client lambda, nous aimerions connaître les bénéfices de la filiale BNP Paribas Réunion qui fait, selon nous, plus que les tondre mais les détrousse littéralement !

Pour une république laïque et indivisible : Conférence débat, jeudi 10 novembre à Saint-Paul.


"Fraternité Multicolore" 

Conférence de M. Patrick Kessel, ancien Grand Maître du Grand Orient de France, Président du Comité Laïcité République ce jeudi 10 novembre 2011 à 18 h au Centre Culturel Leconte de Lisle à Saint-Paul. 

Nous y serons, bien sûr ! 

Communiqué de l'Association des Libres Penseurs de France

Cela fait quelques mois que la France connait une montée de l’intolérance religieuse qui veut interdire ou faire interdire tout ce qui ne lui plaît pas au nom de Dieu ou d’Allah. Ces pressions remettent en cause le droit fondamental de liberté de conscience et de la presse… qui sont essentielles en système démocratique. Le délit de blasphème n’existe plus mais certains aimeraient bien le remettre au goût du jour. Ainsi, à Avignon, un commando catholique a détruit l’œuvre d’art Piss Christ, le Directeur du musée a aussi reçu des menaces de mort.

Peu après, des catholiques ont voulu faire interdire le festival hard rock Hellfest. Enfin, ce sont maintenant des pièces de théâtre telles que "Sur le visage du fils de Dieu" de Roméo Castellucci, jouée actuellement à Paris, qui est fortement perturbée par des catholiques (220 arrestations en une semaine).

Une autre pièce est déjà dans le collimateur des fous de Jésus Golgota Picnic. Ainsi, chaque soir, des dizaines de catholiques prient devant le théâtre, exerçant ainsi une pression quotidienne sur le Directeur du théâtre, les acteurs et les spectateurs devant braver les fidèles pour rentrer. Qui osera rejouer cette pièce plus tard ?

Et les messages envoyés par mails : il s’agit de menaces et d’insultes parfois à caractère antisémite et raciste. Rappelons la sortie du film la dernière tentation du Christ : au début, les catholiques priaient soit-disant pacifiquement devant les cinémas. En fait, ils obstruaient l’entrée des salles de cinémas, invectivaient ceux qui osaient entrer puis après ils avaient été plus loin en brûlant une salle à Paris (plusieurs blessés et un mort).

A Lyon, un groupe anarchiste était en face des prieurs jusqu’au jour où le service d’ordre du FN et autres fascistes sont venus en force pour soutenir les fidèles à coups de lacrymogène et barre de fer… Tout cela pour dire que si les fortes pressions ne suffisent pas, les fous de Dieu passent à l’acte…

Enfin, Charlie Hebdo a été la cible d’un attentat ignoble qui a détruit son siège, dans le même moment son site internet était piraté par des islamistes et depuis quelques jours des menaces de mort sont proférés contre l’hébergeur du site internet. Le journal ayant osé parler de l’islamisme suite aux élections en Tunisie, ce qui n’a pas plus aux fondamentalistes qui ont piraté le site internet.

Ceux-ci ont revendiqué l’action par « une lutte contre une publication qui attaque nos croyances et nos valeurs ». Depuis, certains journalistes de Charlie Hebdo sont sous protection de la Police… Rappelons, pour exemple, qu’en Suisse (en 2005), une autre pièce de théâtre le fanatisme ou Mahomet le prophète de Voltaire a été annulée suite aux pressions exercées par les islamistes, Tariq Ramadan en tête.

Autre élément significatif, une manifestation organisée par les catholiques intégristes ayant rassemblé 1500 participants a vu défiler main dans la main des militants des plus fascistes avec les catholiques et les islamistes. Les extrémistes se rejoignent dans la haine de la démocratie, de la République, de la laïcité.

L’ADLPF, quant à elle rappelle avec force que la liberté de conscience, d’expression et de la presse sont des acquis indissociables de la démocratie.

L’ADLPF condamne avec la plus grande énergie tout acte de violence et de menace qui sont contraires à l’idée même de débat et de respect.

Nous appelons tous les laïques mais aussi plus largement tous les citoyens attachés à la démocratie à se mobiliser pour défendre la liberté de conscience.

L'extrême droite catholique manifeste contre la christianophobie à Paris


La dernière marotte de l'extrême droite catholique est la lutte contre la christianophobie. Depuis quelques mois, elle ne sait plus de quel côté donner de la prière tant les flagellations s'accumulent. Contre les attaques anti-chrétiennes, et puisque le secours du fumeux concept de "dieu" se fait attendre, une manifestation s'imposait et l'extrême droite catholique a pieusement défilé à Paris samedi 29 octobre 2011. Entre 1500 (selon la police) et 5000 personnes (selon l'organisateur Civitas) ont défilé sur le pavé parisien et ce fut une litanie de prières, de chants et de slogans. 

La manifestation revêtait le folklore habituel des événements de l'extrême droite (drapeaux abondants, portraits imaginaires du légendaire Jésus, crucifix, chapelets, curés en soutane noire avec les cheveux ras) mais les slogans ont pratiqué un détournement systématique des valeurs de progrès transmises par l'humanisme et la laïcité. L'extrême droite joue la carte d'une modernisation frauduleuse des revendications : c'est au nom de la liberté d'expression qu'on demande l'interdiction du blasphème, au nom de la laïcité qu'on demande le respect, au nom du refus des discriminations qu'on souhaite interdire les attaques contre la religion ; bref, c'est au nom de la liberté d'expression qu'on veut la museler. 

Mais l'aspect le plus inattendu de la manifestation fut sans aucun doute la participation de quelques dizaines de musulmans. Des femmes en hidjab et les islamistes de Forsane Alizza ont ainsi assuré l'extrême droite catholique de leur soutien. Admirable collusion des monothéismes contre la liberté d'expression.
Une agressivité non dissimulée était aussi observable à la fin du cortège. Une trentaine de types du GUD (Groupe Union Défense) concluait le défilé dans des allures martiales, avec quelques filles parmi eux. Bien organisés en quatre ou cinq rangées, nul doute qu'ils étaient prêts à expliquer autrement que par la prière que se moquer de Jésus, eh bien, ce n'est vraiment pas sympathique. 

Au terme du parcours autorisé, devant la Comédie Française, Alain Escada, secrétaire général de l'Institut Civitas, a livré un discours très offensif puis la soirée s'est terminée devant le Théâtre de la Ville où 200 catholiques à genoux ont continué à prier en implorant la police : "Les CRS avec nous" !
Source Atheisme.org : Le compte rendu complet de la manifestation avec une vingtaine de photos http://atheisme.org/christianophobie.html

Lien vers vidéo ci-dessous : 


Immersion profonde dans l'Amérique chrétienne évangélique et notamment dans les processus de propagande "à coups de marteau" infligés aux jeunes enfants dans un camp de vacances d'intégristes chrétiens.

Un film efficace et percutant qui fait froid dans le dos.

Le Conseil d’État bafoue la séparation des Églises et de l’État

Communiqué : 
Les décisions rendues le 19 juillet 2011 par le Conseil d’État ne peuvent que révolter les Libres Penseurs et tous les véritables défenseurs de la laïcité. Elles vident de sa substance la Loi de Séparation des églises et de l’État. Contrairement à ce qui a été exprimé en présentation de ces décisions, la loi de 1905 qui fonde la laïcité institutionnelle est bel et bien « enrayée ».

Pour les cinq affaires, présentées ensemble, où le Conseil d’État s’est prononcé, les jugements des deux premières instances administratives (Tribunal Administratif et Tribunal Administratif d’Appel) ont été infirmés et on donne donc raison aux collectivités locales qui bafouent la loi de séparation des Églises et de l’État en utilisant des fonds publics pour des réalisations bénéficiant soit à l’Église catholique à Lyon (ascenseur de la basilique de Fourvière) et à Trélazé (orgue de l’église), soit au culte musulman à Montpellier (salle polyvalente à usage cultuel), au Mans (abattoir rituel) et à Montreuil-sous-Bois (bail emphytéotique pour la mosquée à un euro par an).

Pour justifier ces décisions iniques qui ouvrent des brèches où s’engouffreront tous les arrangements clientélistes, est invoqué soit un « intérêt public local », soit un aspect culturel, soit un équilibre à rétablir en faveur d’une religion, soit encore une nécessité hygiénique. Autrement dit, tous les motifs sont recevables pour ne pas respecter la loi de 1905. Celle-ci dispose que « l’Etat ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». C’est donc la neutralité qui devrait s’imposer et non la reconnaissance officielle des diverses religions. Or, dans ces décisions, le seul argument que l’on ne retient pas, le seul principe que l’on méconnaît est précisément celui qui fonde la laïcité de nos institutions. Il n’a pesé d’aucun poids face à tous les arguments d’opportunité. Tout cela évoque les « accommodements raisonnables » auxquels le Québec a cru devoir recourir et qui s’avèrent ingérables en raison des dérives et replis communautaristes ainsi suscités.

L’Association Des Libres Penseurs de France (A.D.L.P.F., section de l’Union Mondiale des Libres Penseurs) fustige tous les tenants d’une « laïcité ouverte » - négation de la laïcité tout court – qui ne voient dans ces décisions qu’un « assouplissement », un « adoucissement », une « modernisation » ou encore un « dépoussiérage » de la loi de Séparation des Églises et de l’État. Elle joint sa protestation à celles déjà élevées, notamment par le Parti Radical de Gauche et par l’Observatoire International de la Laïcité Contre les Dérives Communautaires. Elle appelle les laïques à se mobiliser et à tout mettre en œuvre pour que ces décisions ne puissent pas faire jurisprudence.

Onfray nous parle de l'Islam et du reste ...

Michel Onfray sur Public Sénat

Résistance



[Après que les appels pour un "bis" du "Va Pensiero" se soient tus, on entend dans le public : "Longue vie à l'Italie !"] 

Le chef d'orchestre Riccardo Muti : Oui, je suis d'accord avec ça, "Longue vie à l'Italie" mais... Je n'ai plus 30 ans et j'ai vécu ma vie, mais en tant qu'Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j'ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j'acquiesce à votre demande de bis pour le "Va Pensiero" à nouveau. Ce n'est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir, alors que je dirigeais le Choeur qui chantait "O mon pays, beau et perdu", j'ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la culture sur laquelle l'histoire de l'Italie est bâtie. Auquel cas, nous, notre patrie, serait vraiment "belle et perdue".

Depuis que règne par ici un "climat italien", moi ... , je me suis tu depuis de trop longues années. Je voudrais maintenant... nous devrions donner du sens à ce chant ; comme nous sommes dans notre Maison, le théâtre de la capitale, et avec un Choeur qui a chanté magnifiquement, et qui est accompagné magnifiquement, si vous le voulez bien, je vous propose de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble".

C’est alors qu’il invita le public à chanter avec le Chœur des esclaves. Tout l’opéra de Rome s’est levé. Et le Chœur s’est lui aussi levé. Ce soir-là fut non seulement une représentation du Nabucco, mais également une déclaration du théâtre de la capitale à l’attention des politiciens et de Berlusconi en particulier.

Si, tu seras un homme, mon fils

"Si : Tu seras un homme, mon fils"

de Rudyard Kipling

Traduction d'André Maurois (1918)

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,

Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles

Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,

Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,

Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite

Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire

Seront à tous jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un homme, mon fils.
Source : Si : Tu seras un homme, mon fils 
de Guillaume Reynard, éditions Flammarion, ISBN 2-08160952-5

Un athée peut-il avoir une âme ?




Le point de vue intéressant de Philippe Lazar, 
Polytechnicien, Statisticien et Haut-Fonctionnaire français.

Imagine ...


A dream you dream alone is only a dream
A dream you dream together is a reality

John Lennon (1940 - 1980)

Humour


On l'aime bien celle là ...

Suites du Congrès de l'ADLPF des 2 & 3 juin 2011

Réunis en congrès à Piriac les 2 et 3 juin 2011, les Libres Penseurs de l’ADLPF expriment leur satisfaction que le Sénat se soit prononcé pour l’instauration d’une journée officielle de la laïcité le 9 décembre, date anniversaire de la promulgation de la loi de séparation des églises et de l’Etat, et qu’il réponde ainsi favorablement à cette demande formulée par notre association depuis 2005.

Ils rappellent que la laïcité est un principe qui transcende toutes les idéologies et se situe à l’exact opposé de toute forme de discrimination et de violence. Elle constitue donc un gage de paix et de liberté pour tous.

L’ADLPF revendique :
  • l’application intégrale de la loi de séparation des églises et de l’Etat sur tout le territoire national ;
  • la non reconnaissance du pseudo Etat du Vatican, créé par Mussolini (accords du Latran) ;
  • l’exigence que les représentants de la Nation et les fonctionnaires s’abstiennent de participer, es qualités, à toute manifestation religieuse et, a fortiori, aux pitreries telles que la reconnaissance de miracles et la béatification de leurs prétendus auteurs ;
  • l’abrogation de la loi Debré de 1959 d’aide à l’enseignement privé et de toutes les lois scolaires anti-laïques qui contreviennent au principe républicain d’attribution des fonds publics à la seule école publique ; la fin du dualisme scolaire et la nationalisation laïque de l’enseignement ;
  • la reconnaissance de l’espéranto comme langue internationale et la création d’une option espéranto au baccalauréat ;
  • le désarmement universel ;
  • la laïcisation des noms de toutes les fêtes légales, à l’instar de ce qui a déjà été effectué en Uruguay où, par exemple, le 25 décembre est devenu la « fête de la famille », et même en France avec la transformation des « vacances de Pâques » en « vacances de printemps » ;
  • l’utilisation partagée, entre les différents cultes, des édifices religieux entretenus par le contribuable ;
  • l’accès des représentants des libres penseurs aux émissions de télévision du service public.
Motion Sociale :

Les Libres Penseurs de l’A.D.L.P.F rappellent leur opposition fondamentale à l’exploitation humaine sous toutes ses formes. De tout temps, les pouvoirs religieux ont prêté la main au pouvoir politique pour imposer et justifier l’exploitation, tout en l’exerçant eux-mêmes pour leur propre compte.


De nos jours, la forme d’exploitation en vigueur est le système néolibéral qui, en se mondialisant, exerce une domination de plus en plus brutale sur les peuples : durcissement des conditions générales de travail, chômage de masse, expropriations massives des paysans partout dans le monde. Le cynisme des actionnaires et dirigeants des grandes firmes industrielles, notamment chimiques, pharmaceutiques et nucléaires, provoque des désastres écologiques.

Parallèlement, on assiste à un retour en force de la pensée magique, de la religiosité et surtout des intégrismes, ce qui peut s’interpréter comme le besoin de trouver une réponse et une issue au désespoir.

Les Libres Penseurs de l’A.D.L.P.F. dénoncent cet état de fait : ils condamnent avec la même vigueur l’exploitation capitaliste qui, après avoir vidé l’être humain de sa substance et de son énergie pour en tirer profit, ne lui laisse que l’irrationnel et le religieux pour se consoler et apprendre à se résigner.

Bioéthique :

L’ADLPF dénonce l’attitude obscurantiste et rétrograde de l’église catholique qui persiste à vouloir imposer ses dogmes concernant la bioéthique. L’archevêque de Paris va même jusqu’à considérer comme un « recul de civilisation » le simple fait que les parlementaires débattent de cette question.
Ce serait un comble, dans une démocratie laïque, que le Vatican impose ses diktats aux élus du peuple !

Commission des rituels :

L’ADLPF encourage le parrainage civil et le mariage civil citoyen et souhaite la mise à disposition d’une salle dédiée aux obsèques civiles dans toute commune, communauté ou agglomération de communes.

L’ADLPF condamne tout type de mutilation et invite chaque citoyen témoin de tels faits à déposer une main-courante au commissariat de police ou à la gendarmerie, dans la mesure où cet acte, en droit français, est considéré comme un crime et qu’il est donc passible d’un procès en Cour d’Assises.

Attachée aux valeurs d’égalité et de fraternité, l’ADLPF condamne l’existence, dans les cimetières, de carrés confessionnels ségrégationnistes qui n’existent, là où ils sont implantés, que par le laisser-faire ou la complicité des municipalités.

Elle regrette que les services de l’État civil de certaines municipalités délèguent à des associations, cléricales ou non, la gestion de l’inhumation des indigents.

L’ADLPF partage les valeurs et actions défendues par l’ADMD et la Fédération des Crématistes, dans le cadre du respect de la laïcité.


Congrès de Piriac les 2 et 3 juin 2011

Charlie Winston & Nadeah - Paranoid Android



Essai d'intégration d'une vidéo via You Tube ...

Humour ...

"Ce pamphlet est blanc"
"Nous sommes athées"

Source : Ici

Un très bon Polar pour la route !


de John Burdett
  • Editeur : Presses de la Cité (12 mai 2011)
  • Collection : Sang d'Encre
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2258085241
  • ISBN-13: 978-2258085244
Connaissez-vous Sonchaï Jitpleecheep ? Sonchaï est le seul flic non corrompu de Bangkok, au grand désespoir de son patron et mentor le colonel Vikorn. Enfin ça c’était avant. Parce que Vikorn qui vient de voir la série du Parrain a décidé que, comme les Corleone, il a besoin d’un consigliere. Et que ce consigliere sera Sonchaï. Or on ne résiste pas trop à Vikorn quand on tient à sa vie.

Voilà donc Sonchaï en route vers Katmandou pour négocier l’achat et la livraison de 40 tonnes d’héroïne qualité supérieure. Et comme il est toujours flic, il se retrouve également à devoir élucider le meurtre particulièrement barbare d’un réalisateur américain qui était devenu un adepte de la Thaïlande et de ses prostituées.

On retrouve avec énormément de plaisir John Burdett et son personnage fétiche. Une fois de plus sa dérision, son regard décalé à la fois sur l’Asie que l’auteur connaît très bien, et sur le monde occidental font mouche. Une fois de plus l’horreur des situations décrites est atténuée par l’humour. Une fois de plus c’est en se regardant avec les yeux d’un autre qu’on apprend beaucoup sur soi …

Et il faut dire aussi que, roman après roman, Sonchaï Jitpleecheep s’affirme comme un des enquêteurs récurrents des plus marquants, attachants et originaux de la littérature policière mondiale qui pourtant n’en manque pas. Comment ne pas devenir accro à un flic bouddhiste, fils d’une prostituée devenue patronne d’un bordel pour papis (Viagra aidant), attaché à son karma et amateur de Truffaut ...

Kumaré : un vrai film sur un faux prophète



Le réalisateur américain Vikram Gandhi s'est mis dans la peau d'un guru d'une pseudo religion, il a filmé son expérience sous forme d'un documentaire.

Libres Penseuses du Québec


Un Webzine de Libres Penseuses Québecoises ami de notre blog
... à visiter régulièrement sans restriction : http://atypique.ca/

Libres Penseurs de la Réunion sur Facebook

Ca-y-est, après quelques réticences nous avons passé le pas; nous venons de créer notre compte Facebook !

Vous pourrez donc nous retrouver désormais aussi sur ce réseau social à l'adresse suivante : Page Facebook de l'ADLPR

Soyez indulgents, nous ne maîtrisons pas encore toutes les subtilités de Facebook, merci de rejoindre notre communauté pour que nos échanges soient de plus en plus fructueux et que nos idées soient exposées et débattues avec le plus grand nombre. Nous comptons, en effet, faire de notre page Facebook un espace de dialogues et d'échanges propices au débat.

Chers lecteurs, abonnés et amis de ce Blog, on compte sur vous !

Les Libres Penseurs de la Réunion

Bonne nouvelle, le Sénat adopte l'instauration d'une "Journée Nationale de la Laïcité"

Le Sénat a adopté la résolution suivante :

Le Sénat,

Vu l’article 34-1 de la Constitution,

Rappelant que l’article 1er de la Constitution proclame que la France est une République laïque

Considérant que la laïcité doit être un principe fondamental constamment rappelé, car il est ce qui nous permet de vivre ensemble, dans le respect des croyances et pratiques religieuses, des opinions et convictions diverses de chacun.

Demande que la République française instaure une journée nationale de la laïcité, garante de la cohésion républicaine, non fériée ni chômée, fixée au 9 décembre, et permettant chaque année de faire le point sur les différentes actions menées en la matière par les pouvoirs publics, ainsi qu’être l’occasion de manifestations au sein du système associatif et éducatif.

Délibéré en séance publique, à Paris, le 31 mai 2011.

Le Président,
Signé : Gérard LARCHER

Le dossier consultable sur le site du Sénat : ici

Conseil de lecture : "Y'a-t-il un grand architecte dans l'Univers ?" de Stephen Hawking


Y'a t-il un Grand Architecte dans l'Univers ?
de Stephen HAWKING & Leonard Mlodinow

Descriptif de l'ouvrage :
  • Broché: 240 pages
  • Editeur : Odile Jacob (24 février 2011)
  • Collection : Sciences
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2738123139
  • ISBN-13: 978-2738123138
Y a-t-il un grand architecte dans l'univers ? Non, répond le célèbre astrophysicien Stephen Hawking.

En donnant une réponse intellectuellement séduisante à la création du monde, le livre de Stephen Hawking trouve une résonance toute particulière sur cette éternelle question qui oppose Dieu et les sciences. Selon lui, l'Univers - ou plutôt les Univers - n'ont pas besoin de créateur puisque les lois de la gravitation et celles de la physique quantique fournissent un modèle d'Univers qui se créent eux-mêmes.

Lors de sa parution dans sa version anglaise (The Grand Design), l'ouvrage a provoqué une levée de boucliers impressionnante : archevêques anglicans et grands rabbins, évêques catholiques ou imams.

A lire, donc, pour se faire sa propre opinion ...

Tristesse, Gil Scott-Heron est mort

Gil Scott-Heron fut une légende vivante de la soul contestataire américaine, il est mort ce week-end à l'âge de 62 ans.

Adieu l'ami !

Le Manifeste des indignés du 15 mai

Les indignés du 15 mai

Ci-joint le manifeste (en français) des Indignés du 15 mai qui prend corps en Espagne et qui devrait s'étendre à d'autres pays européens ... en France, pourquoi pas ? Expression d'une véritable révolution citoyenne que nous, libres penseurs, soutenons :

Manifeste des Indignés du 15 mai

Nous sommes des personnes normales et ordinaires. Nous sommes comme toi : des gens qui se lèvent tous les matins pour étudier, pour travailler ou pour chercher du travail, des personnes qui ont une famille et des amis. Nous travaillons dur tous les jours pour vivre et donner un futur meilleur à ceux qui nous entourent. Certains d’entre nous se considèrent progressistes, d'autres plus conservateurs. Croyants ou non, avec des idéologies bien définies, ou apolitiques. Cependant nous sommes tous préoccupés et indignés par le contexte politique, économique et social qui nous entoure, par la corruption des politiciens, des chefs d'entreprises, des banquiers… par le manque de défense du citoyen. Cette situation nuisible au quotidien, peut être changée si nous nous unissons. Il est temps de se mettre en marche, de construire ensemble une société meilleure.

Pour cela nous soutenons fermement ce qui suit :

- Les priorités de toute société avancée doivent être l'égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement écologique durable, l’épanouissement, le bien-être du citoyen.

- Il existe des droits fondamentaux qui devraient être couverts dans ces sociétés tels que le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l'éducation, à la participation à la vie politique, au libre développement personnel ainsi que le droit à la consommation des biens nécessaires pour mener une vie saine et heureuse.

- L'actuel fonctionnement de notre système économique et gouvernemental ne répond pas à ces priorités et représente un obstacle pour le progrès de l'humanité.

- La démocratie part du peuple (dêmos=peuple; kratos=le pouvoir) et dans cette optique le gouvernement doit naitre du peuple. Toutefois, dans ce pays, la majorité de la classe politique ne nous écoute pas. Alors que ses fonctions devraient être celles de porte- paroles de nos revendications auprès des institutions, en permettant la participation politique des citoyens au moyen de voies directes procurant ainsi un meilleur bénéfice pour l’ensemble de la société, nous assistons à un enrichissement et à leur prospérité à nos dépends.

- Le besoin irrépressible de pouvoir de certains d’entre eux provoque une inégalité, de la crispation et de l'injustice, ce qui conduit à la violence que nous rejetons. Le modèle économique en vigueur, obsolète et antinaturel bloque la machine sociale et la convertit en une spirale qui se consume en enrichissant quelques-uns et en plongeant dans la pauvreté et la pénurie les autres. Jusqu'à l'effondrement.

- La volonté et la finalité du système est l'accumulation d'argent, la plaçant au-dessus de l'efficacité et le bien-être de la société. En gaspillant des ressources, détruisant la planète, produisant du chômage et des consommateurs malheureux.

- Les citoyens font partie de l’engrenage d'une machine destinée à enrichir une minorité qui ignore tout de nos besoins. Nous sommes anonymes, mais sans nous, rien de ceci n’existerait parce que nous faisons bouger le monde.

- Si comme société nous apprenons à ne pas confier notre futur à une rentabilité économique abstraite qui n'est jamais favorable à la majorité, nous pourrons éliminer les abus et les manques dont nous souffrons tous.

Une Révolution Morale est nécessaire. Nous avons mis l'argent au-dessus de l'Être Humain alors que nous devrions le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, non des produits du Marché. Je ne suis pas seulement ce que j'achète, pourquoi et à qui je l’achète.
Pour tout ce qui précède, je suis indigné.
Je crois que je peux le changer.
Je crois que je peux aider.
Je sais qu'unis nous pouvons.
Sors avec nous. C'est ton droit.

Daniel Waro "La Mauvaise Réputation"



Daniel Waro s'est approprié la célèbre chanson de Georges Brassens : "La Mauvaise Réputation" et en fait un bien beau Maloya. A écouter sans modération.

Le 17 mai, Journée internationale contre l'homophobie









17 mai 2011
Journée Internationale contre l'Homophobie


La raison d’être de la Journée internationale contre l’homophobie, son sujet central d’intérêt, le leitmotiv qui en informe chacune des actions demeure un phénomène universel, polymorphe et historique : l'homophobie.


Peu de groupes minoritaires ont été aussi malmenés que ceux des gais et des lesbiennes. Des progrès phénoménaux ont été accomplis et les personnes d’orientation homosexuelle sortent de l’ombre. Vu de l’extérieur, on pourrait croire qu’il n’y a plus de problèmes et que tout est réglé. Les médias se montrent réceptifs, des personnalités publiques commencent elles aussi à sortir de l’ombre, des téléromans présentent des gais et des lesbiennes dans des scènes de la vie courante. Or, la réalité est tout autre, beaucoup de personnes sont incapables de vivre leur orientation homosexuelle, la vivent difficilement ou adoptent des modes de vie pour se protéger. Malgré les situations difficiles, la tenue d’une Journée internationale contre l’homophobie ne doit pas être construite sur une philosophie de « victimisation ». Au contraire, cette journée doit être une occasion de travailler avec les aspects positifs de l’homosexualité et mettre en valeur la contribution positive des gais et des lesbiennes dans la société.

L’homophobie est un phénomène insidieux qui a su se frayer des chemins subtils, discrets et habituellement invisibles. Il n’y a personne à l’abri de manifestions hostiles envers l’homosexualité. Et, fort surprenant, certaines personnes homosexuelles elles-mêmes adoptent des comportements homophobes pour se mettre à l’abri de réactions dont elles pourraient être l’objet de la part de leur entourage. Une Journée internationale contre l’homophobie de lutte contre l’homophobie cherchera à rejoindre toutes les clientèles indépendamment de leur orientation sexuelle.

Une Journée internationale contre l’homophobie n’appartient à personne en particulier. Elle est l’affaire de tous ceux et de toutes celles qui désirent un monde dépourvu de préjugés et capable de faire une place à tous et à toutes, indépendamment de leur orientation sexuelle. À l’instar de toutes les journées thématiques mondiales, celle dédiée à la lutte contre l’homophobie doit être prise en charge par tous les acteurs de la société civile : les organismes communautaires gais et lesbiens, et ceux des autres diversités sexuelles, les syndicats, les employeurs, les entreprises privées, les gouvernements, les administrations publiques, les ordres professionnels et toutes les personnes à la recherche de l’égalité.

L'hostilité envers les homosexuels, hommes et femmes, a malheureusement toujours existé. Ce qui est nouveau, c’est la prise de conscience et la dénonciation de l'homophobie. L’absence de définition du terme homophobie pendant de nombreuses années illustre bien le refus de la société en général de reconnaître comme légitime une orientation sexuelle que l’on disait contraire à la normalité.

L’homophobie repose sur des préjugés individuels mais aussi sur des préjugés sociétaux ou systémiques. L'homophobie est une attitude réelle d'hostilité ou d'exclusion envers les personnes homosexuelles, hommes et femmes, et elle se répercute à tous les niveaux.

Comme pour toutes les attitudes fondées sur les préjugés ou la haine, comme le sexisme ou la misogynie, le racisme et l'antisémitisme, l'homophobie ne repose sur aucun fondement sérieux et provient de l'impossibilité de se représenter la différence, cette différence étant perçue comme une menace pour des individus et, par extension, pour la société en général. Certains mouvements laïques ou religieux affirment que la reconnaissance de l’homosexualité et son inclusion complète dans les lois ou dans la société en général mettront en péril la reproduction de la race humaine. L’homophobie a d’ailleurs comme prémisse que l'homosexualité est inférieure, anormale et marginale.

Les arguments homophobes ont des origines très diverses : religieuses, pseudo-scientifiques ou issues de l’éducation. Aucun ne résiste à un examen sérieux. En réalité, l'homophobie est une peur irrationnelle qui cherche après coup des arguments pour se justifier.

La Journée internationale contre l’homophobie entend combattre les préjugés envers les personnes homosexuelles et assurer à tous et à toutes une place pleine et entière au sein de la société.

"Le coup de sang" de Serge Raffy : "Zadig ta mère !"

C’est l’époque dans laquelle on vit. Il faut s’y faire. Un ministre de l’Education, ancien DRH de L'Oréal, Luc Chatel, prétend tranquillement qu’il n’est pas nécessaire de maîtriser la langue française pour apprendre l’anglais. Un autre, Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat au commerce, commet un colossal lapsus en plein salon du Livre parisien, citant comme livre de chevet le fameux "Zadig et Voltaire", marque célèbre du vêtement déstructuré et férocement bling-bling.

Ce dérapage linguistique n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat d’un long travail de sape de nos élites financières qui ne voient plus dans la littérature ou dans l’amour de la langue française qu’un médiocre passe-temps pour losers de banlieue. A quoi bon maîtriser la langue de Victor Hugo quand la plupart de nos gouvernants ont pour l’enseignement de notre idiome un profond mépris.
A quoi bon s’échiner à apprendre une langue presque morte alors que l’anglais est le sésame obligatoire pour entrer dans le cénacle des traders et autres porteurs de Rolex. "Bande d’idiomes !" lancent, goguenards, ces disciples de l’argent roi à ces pauvres profs qui croient encore que Jules Ferry hante les coursives des ministères. D’où leur vient pareille arrogance ? Comment s’est fabriquée cette morgue sans limites à l’encontre des blouses grises ?
Dois-je rappeler à ceux qui ont la mémoire courte que notre Président n’est pas un linguiste émérite et qu’il aurait plutôt tendance à massacrer les concordances des temps et les liaisons avec une frénésie sans retenue, et même une certaine jouissance ? Sur les hauteurs, on nivelle par le bas. Encore la faute à Sarkozy, me direz-vous ? Arrêtez d’en faire un bouc émissaire, bientôt vous allez le rendre responsable du mauvais état des toilettes de la rue de Solférino, pouvez-vous même ajouter.
Et vous auriez raison. L’hôte de l’Elysée et nombre de ses ministres ne sont que la face immergée d’un iceberg monstrueux. Il révèle l’inexorable défaite des mots face au marché. Il suffit de lire la novlangue du web pour saisir qu’une guerre secrète a été perdue, que l’alphabet du marketing a progressivement remplacé celui de la littérature. Le lapsus sur l’ermite de Ferney est un moment historique : il a bien été commis par un ministre du Commerce. Cet acte de piraterie sémantique est somme toute logique. Presque ordinaire.
Au fond, notre ministre de la vente au détail a fait une publicité formidable au marchand de fripes et pourrait même provoquer une vague d’exportations de la marque "Zadig et Voltaire". Vertigineux paradoxe…Si j’avais le sens des affaires, je lancerais illico une série de vêtements de travail "Cosette et Hugo", ou bien une marque de jeans intitulée "Salambô et Flaubert". Pour stimuler l’imagination de nos futurs vendeurs, Luc Châtel pourrait lancer un concours dans toutes les écoles de commerce. Objectif : piller le patrimoine littéraire français pour inventer une nouvelle marque de maillots de bains ou de sportwear. Pour gagner le Premier Prix, nul besoin de plonger dans la lecture de nos grands auteurs. Ce serait une perte de temps. Zadig ta mère !


Si vous voulez en savoir un petit peu plus sur le livre que dédicace Frédéric Lefebvre,
cliquez sur le titre "Le Mieux est l'ami du bien"
Tout un programme !